Explication possible du « péché de gourmandise »

Je viens de me rappeler d’une anecdote, assez sympa, concernant le péché de gourmandise, pour aider à déculpabiliser.
En effet, on culpabilise parfois de céder à une envie de sucre, mais paraît-il, le péché de gourmandise n’existe pas, ou… pas vraiment !
En fait, on a le droit de se montrer gourmand, Dieu ne nous punira pas pour ça… C’est nous-même qui nous punissons, quand on s’en rend malade, à trop manger !
Jésus aurait donné lui-même cette explication (lui-même qu’on accusait d’être glouton) : « la gourmandise est un péché à partir du moment où on mange trop et où on se rend malade ! » : simple, logique, efficace…

"La gourmandise est le péché des bonnes âmes"
« La gourmandise est le péché des bonnes âmes »

Un moyen de rappeler que la notion de punition divine n’est autre que notre âme, qui sait ce qui est bon pour elle ou non.

Pour ceux qui veulent se passer du sucre, ou d’une autre addiction, je conseille de se laisser le temps et de suivre son intuition. Ne rien forcer, pour ne pas rechuter brusquement, mais faire des efforts, jour après jour, et écouter son corps car lui sait très bien ce dont il a besoin ou non.
Avec les énergies actuelles, il est plus simple de se passer de viande, d’alcool, de sucre, etc. La volonté seule aide beaucoup, et le corps se reprogramme naturellement pour aller vers des aliments plus « légers » énergétiquement (légumes, fruits, …). Une répulsion naturelle peut apparaître pour nous éloigner du « lourd », et il convient de la suivre car c’est notre âme qui nous guide pour aller de l’avant. Mais nous avons chacun notre propre rythme !
Rien ne sert de forcer et il faut respecter le libre-arbitre de chacun. Certaines personnes qui ont encore envie d’aliments « lourds » ont sûrement des manques à combler, d’un point de vue karmique (vies antérieures avec des carences, manque de nourriture) qu’il convient de respecter.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.